PIANO SKETCHING

performance

Edouard Ferlet : piano
Eric Fessenmeyer : danse
Guy Oberson : peinture
durée : 50 min

AU THÉÂTRE DU CHÂTELET LE DIMANCHE 18 MAI À 20H

en résidence de création 14-15-16-17 avril
3 représentations les 19 & 20 avril 2014 au théâtre de Belleville – Paris XI

VIDEO piano sketching

Philippe Suberbie : mise en scène
Christian Egger : collaboration artistique
Nathalie & Raphaël de Rosa : création lumière
Elisa Haberer : Photographies
Mélisse : production contact@melisse.fr  06 86 68 50 10
Séverine Grumel : Administration de production sevgrumel@free.fr 06 62 84 92 89

Avec le soutien de la DRAC Ile-de-France et de Yamaha Music Europe.

Sur scène trois hommes : un compositeur-pianiste, Edouard Ferlet ; un peintre, Guy Oberson et un danseur-chorégraphe, Eric Fessenmeyer,  dirigés par le comédien-metteur en scène Philippe Suberbie.

Trois artistes, trois dialogues, trois placements et déplacements en constante réaction et  interaction entre eux et le public.

Une triple collision dans un espace-atelier-vie réuni autour un même geste, un même rythme une même respiration, processus intime qui se laisse voir ici et là.

Une invitation à l’instant de création sous forme d’esquisse, de chapitre, d’incursion.

Il n’y a rien à exprimer, rien avec quoi exprimer, rien à partir de quoi exprimer, aucun pouvoir d’exprimer, aucun désir d’exprimer et, tout à la fois, l’obligation d’exprimer ” (Samuel Beckett  – Trois dialogues, 1949).

La peinture comme matière de génie, archaïque et pourtant enfantine, terriblement sensuelle par sa fluidité.

Le geste comme expression d’une énergie forte, de l’immobilité à la transe.

Le son comme un voyage dans les couleurs, du silence à la frénésie sonore.

Aller de l’un à l’autre et y échapper, ne rien figer, laisser ce qui doit s’écrire, s’inscrire, questionner à chaque essai le déroulé.

Moments de synergie offerts au spectateur et instants où seule la sensibilité de celui qui assiste au moment présent peut faire du sens et du lien entre tous les éléments.

Edouard Ferlet, compositeur-pianiste

Inclassable et imprévisible, ce pianiste de jazz et compositeur développe avec élégance et raffinement un style tout à fait singulier depuis plus de 20 ans. Formé au conservatoire de Paris et au Berlklee College of music à Boston, il se nourrit à la fois de la tradition et de l’expérimentation. Autour du piano il associe au jazz les formes les plus variées, musique classique, théâtre, performances, lectures musicales. Il trouve son inspiration parmi les musiciens mais aussi dans des rencontres inattendues avec des auteurs, danseurs, peintres et plasticiens – Nancy Huston, Fabrice Melquiot, Eric Fessenmeyer, Guy Oberson, Adalberto Maccarelli. En créant sa compagnie Mélisse en 2005, Edouard Ferlet se donne les moyens de réaliser ses projets les plus ambitieux : création et production de spectacle, enregistrement, édition. Il est une figure incontournable de la scène internationale. Depuis 1998, la collaboration avec Jean-Philippe Viret et Fabrice Moreau a été très importante. Avec 7 albums largement récompensés par la presse, en 2011  le trio se voit récompensé aux Victoires de la musique comme meilleure formation de l’année. En 2012 L’album «Think Bach» crée un véritable événement : un disque qui marquera son temps auprès des mélomanes comme des musiciens. Dans la continuité du projet «Think bach», Edouard Ferlet Violaine Cochard au Clavecin enregistre un duo inattendu de la musique baroque et de l’improvisation.

Eric Fessenmeyer, danseur chorégraphe

En 1998, il commence son parcours d’interprète auprès d’Odile Azagury, Claude Magne et Hervé Diasnas pour une quinzaine de créations et performances. Puis avec Christie Lehuédé Solo Autopsie d‘une émotion, Laurent Falguieras Ils m’ont laissé là, Les décharnés et Christian et François Ben Aïm La frontera, Ne vous fiez pas au titre, O mon frère, En plein cœur, Amor fati… En 2007, il créé de la compagnie La cavale avec Julie Coutant. Il suit une formation de praticien Shiatsu. En 2011, il danse pour une pièce de théâtre : La bouche pleine de terre de Branimir Scepanovic mise en scène par Richard Sammut. Depuis 2010, il collabore avec Josef Nadj, en tant qu’interprète dans : Cherry brandy, La longueur des cent aiguilles, Les philosophes, Ozoon.

 

Guy Oberson, peintre

« Ma peinture, je désire qu’elle soit une manifestation tangible d’énergie, une vibration de vie, une excitation des sens, un état de violence et d’amour ». Bien qu’une douceur et un calme émane du grand tryptique à l’huile, « Hebron », la trace rouge qui lacère la toile nous souffle une violence sous-jacente.

Il est formé à Institut International de l’acteur (Lectoure, France), au Gitis de Moscou (Théâtre d’Art- Moscou), suit des stages dirigés par Stuar t Seide, Georges Bigot, Wislaw Komasa,Patrick Haggiag, Irina Promptova, Nicolas Karpov, Alain Mollot, Didier Cheix, Anton Kouznetsov. Il réalise plusieurs performances dont en 2011 à la Galerie C, Neuchâtel où Il peint face au public sur le poème de Marmoud Darwich Nous ne sommes pas les derniers. En 2011, il publie avec Nancy Huston « Poser nue », aux éditions Biro, dialogue des textes de Nancy Huston et des sanguines de Guy Oberson.

Philippe Suberbie, comédien-metteur en scène

Il est formé à l’Institut International de l’acteur (Lectoure, France), au Gitis de Moscou (Théâtre d’Ar t- Moscou), et suit les stages dirigés par Stuart Seide, Georges Bigot, Wislaw Komasa, Patrick Haggiag, Irina Promptova, Nicolas Karpov, Alain Mollot, Didier Cheix, Anton Kouznetsov.

En 2010 il crée Love is all ? d’après Fabrice Melquiot, Botho Strauss, Israël Horowitz, et en  2013  Jean, opéra de poche Fabrice Melquiot avec Edouard Ferlet et Jeanne Roualet…

 

 

Share Button